Le thé est la boisson nationale chinoise. Que ce soit entre amis ou pour les affaires, c’est souvent autour d’une tasse de Pu’er, Long Jing ou Oolong que les Chinois se retrouvent pour échanger. Aujourd’hui, les maisons de thé se veulent chic et tendance et la culture du thé revient sur le devant de la scène.

P1010930

« Le thé, c’est has-been. Mes parents en boivent, mais moi, je préfère le café. », voilà ce que les jeunes Chinois entre 18 et 25 ans vous diront souvent quand vous leur demandez s’ils aiment boire du thé. Depuis que les Starbucks, Costa Coffee et autres cafés ont entamé leur conquête de la Chine, on pourrait croire que le thé a un concurrent sérieux sur son territoire. En réalité, c’est l’inverse. La concurrence avec les cafés et autres librairies-cafés qui ont ouvert ces dernières années a boosté le renouveau des antiques et populaires maisons de thé.

 

Le thé est une boisson typiquement chinoise, qui possède des vertus sanitaires et incarne un art de vivre à la chinoise. Dans certaines provinces, et notamment dans le Sud de la Chine, il fait partie de la vie quotidienne et on n’imagine pas passer une journée sans en boire, que ce soit chez soi ou dans un salon de thé.  

Souvent nichées dans une vieille maison du vieux Shanghai, dans une maison à cour carrée d’un hutong de Beijing, au bord du lac de l’Ouest à Hangzhou, dans une vieille ruelle de Chengdu au Sichuan, le long du fleuve des Perles à Guangzhou, les maisons de thé sont une véritable institution où l’on peut prendre le temps de déguster un bon thé vert ou noir (que l’on appelle « thé rouge » en Chine) tout en discutant avec des amis ou en parlant affaires.

 

Loin du cliché de la maison de thé chinoise

 

Mais n’allez pas imaginer que les maisons de thé chinoises sont toutes comme celles des peintures chinoises traditionnelles : petit pavillon avec des ornementations florales désuètes et de la décoration comme dans Tintin et le lotus bleu. Celles-ci ont malheureusement presque toutes disparues et aujourd’hui, c’est la maison de thé « nouvelle version » qui commence à conquérir la Chine.

Celles-ci sont décorées dans un style qui allie le moderne au traditionnel : meubles chinois design, déco épurée, matériaux naturels alliés au béton ou au métal, boiseries traditionnelles mariées à la pierre brute… Atmosphère cosy, ambiance calme, ces nouvelles maisons de thé ne se veulent plus uniquement « chinoises » ni traditionnelles, mais contemporaines et éclectiques.

Elles sont donc à l’opposé des anciennes maisons de thé, bruyantes, animées, où se mêlaient discussions, jeux et ragots comme dans celle décrite dans La Maison de thé de Lao She.

Ce concept de la maison de thé, aussi appelé « salon de thé » ou encore « établissement de l’art du thé » en chinois, dépasse souvent le simple « endroit où l’on boit le thé ». Elles allient en fait maison de thé, bibliothèque, librairie, salon de discussion ou encore club. Dans certaines, on peut organiser des activités, et des cours de cérémonie du thé à la chinoise sont proposées. C’est pour les Chinois un moyen de redécouvrir ce rituel empreint de philosophie et de morale chinoise.

 pl1694614-celadon_ru_kiln_porcelain_tea_sets_with_1_teapot_1_gongdao_cup_6_cups

Un renouveau qui touche tout le secteur

 

Ce renouveau de ce que l’on appelle ici « la culture du thé » arrose tout le secteur : les magasins de thé sont parfois aussi grands que des magasins de vêtements. Plusieurs grandes chaines de magasins de thé comme Tianfu Mingcha ou encore Wu Yutai sont installées partout en Chine.

On trouve aussi de plus en plus de petits vendeurs indépendants dans les petites échoppes le long des rues où l’on peut s’assoir pendant une ou deux heures et goûter gratuitement les différents thés avant de faire son choix.

Les grandes villes chinoises ont toutes leur marché de gros consacré uniquement au thé. Le plus important est situé à Jinan, ville au carrefour du Sud et du Nord de la Chine dans le Shandong.  Il regroupe plus de 1 000 vendeurs et l’on peut y trouver toutes les sortes de thé chinois qui existent.

On peut dorénavant aussi acheter son thé directement sur internet, sur le site web du producteur ou bien sur les plate-formes d’e-commerce. Certains producteurs reçoivent des commandes pour le thé nouveau des mois à l’avance.

Certaines maisons de thé se sont même lancées dans le thé bio ou le thé « créatif » comme Papp’s Tea à Beijing dans le quartier Soho de Sanlitun, qui propose de créer son propre thé soi-même à partir de toutes sortes de thés, de Chine ou d’ailleurs.

 1

Évidemment, les ustensiles pour le thé : bouilloires, théières, tasses, pinces à thé, plateaux pour le thé ne sont pas en reste, et profitent de ce regain d’intérêt pour cet art ancestral qu’est la préparation du thé.

Les théières en argile pourpre connaissent notamment un regain phénoménal et certaines d’entre elles, véritables objets de collection sculptées par des créateurs, se vendent à plusieurs dizaines de milliers de yuans. On trouve aussi de plus en plus de copies de vaisselle ancienne : tasse en céladon bleu, théière à la mode Han, théière dans le style Qing, etc.  

 

Le thé, vecteur de santé et de culture

 

Le renouveau de cette culture ancestrale vient certainement d’une prise de conscience des bienfaits du thé pour la santé, car il a un effet drainant et « dépolluant » mais aussi d’un changement dans le style de vie des Chinois.

Le thé a toujours été associé à la santé, car il est considéré comme une plante médicinale et chaque thé possède des vertus différentes : le thé vert rafraîchit et réveille, le thé noir réchauffe et élimine les graisses, le thé fermenté aide à la digestion, le thé Pu’er est bon pour la circulation sanguine sans être exhautif.

Le thé est également la boisson des lettrés et possède le même statut que l’alcool puisqu’on peut remplacer l’alcool par le thé. Les poètes chinois se réunissaient souvent autour d’une bonne tasse de thé pour discuter et éveiller leur esprit. Cette boisson est donc un synonyme de raffinement, de calme, de lenteur, de profondeur, mais aussi de pureté et d’ordre.

Aller dans une maison de thé est un moyen de décompresser et de trouver un peu de temps dans un emploi du temps souvent surchargé et de faire le vide. D’où la décoration souvent très minimaliste et zen des maisons de thé chinoises modernes.sens_thes_serv_7

L’attrait nouveau pour la cérémonie du thé et les rituels en rapport avec la boisson du thé incarne peut-être le besoin pour les Chinois de retrouver un ordre, une harmonie souvent malmenée dans une société très rapide, parfois désorganisée et très bruyante.

Les maisons de thé modernes sont le reflet du besoin d’un retour à la simplicité, au naturel et à une harmonie, elles sont comme des petits coins de quiétude au milieu des villes tumultueuses, cachées dans les recoins d’une vieille ruelle ou au fond d’un parc, elles offrent l’espace de quelques tasses de thé, une coupure dans le tourbillon frénétique de la vie citadine des Chinois et permet de mieux profiter de l’art de vivre dont ils sont finalement de plus en plus en quête.